FENX

FENX

Biographie de FENX

 

Dessiner, peindre sont des choses naturelles pour FENX.
Son grand-père peignait et laissait déjà des dessins sur les murs à la craie ou au charbon. Son père aussi dessinait beaucoup. Sans interdits réels à la maison, juste une éducation lui apprenant à dissocier le bien du mal, le graffiti s’est imposé à l’adolescent avide de sensations qu’il était. Sans vraiment chercher à savoir pourquoi il le faisait, le plaisir de peindre lui suffisait.

Lire la suite

Puis la question de l’art s’est de nouveau posée à FENX par le besoin de s’exprimer différemment de ses graffitis, et par l’envie d’essayer d’autres choses impossibles à réaliser en extérieur. De plus l’idée de laisser une trace intemporelle alors que ses graffitis étaient éphémères était importante pour lui. Une envie de pérenniser son œuvre. Il s’est donc lancé dans la réalisation de sa première toile. C’était il y a presque 10 ans et depuis il ne s’est jamais arrêté, le plaisir provoqué par ce nouveau support étant trop grand. Ses toiles sont une partie de lui.

A son passé de graffeur il doit l’utilisation et la répétition de mots, narrant souvent un moment de sa propre vie, qui cohabitent désormais souvent sur ses œuvres, avec des visages féminins peints, la majeure partie du temps, en noir en blanc. Il ne dévoile que très rarement leurs secrets, aimant l’idée que des gens puissent passer des heures à décrypter son travail et à essayer de découvrir ce qu’il signifie, que ce soit par des phrases cachées, des dessins clin d’œil ou simplement par le titre de l’œuvre. Il retranscrit simplement les émotions et la vie qu’a pu être celle d’un enfant des années 80.

Un mélange de japonisation, de rêve américain tel qu’on le servait à l’époque, de bd, de skateboard, de souvenirs d’une jeunesse choyée par ses parents ou encore de réalités de sa vie actuelle qu’il mêle aux influences d’artistes qu’il admire tels que Lichtenstein, Wesselman, Wool, Torres Garcia, Soulages ou Motherwell. Il joue avec les couleurs et la nostalgie de son enfance.

Dernièrement, Fenx oriente son travail sur l’amour, la rupture et la dépression amoureuse donnant ainsi un coté encore plus intimiste à son œuvre. De ce travail aussi bien pictural et intérieur découle une prise de conscience du pouvoir de l’ego, de l’esprit sur la condition humaine et sa souffrance, que Fenx espère bien pouvoir retranscrire dans son nouveau travail afin de donner les émotions de paix intérieure qu’ il a pu trouver et qu’ il a cherché et cherche tout au long de ce parcours spirituel.

FENX s’impose une grande réflexion avant de faire une toile ainsi qu’un un long travail de préparation sur papier, qui est primordial. Avant même de commencer à peindre FENX a déjà dans la tête et sur le papier l’idée finale de sa peinture. Il est important pour lui de donner un sens graphique et esthétique à ses idées et à ses émotions. Depuis sa première toile son travail a gagné en maturité. Son attrait de plus en plus grand pour la peinture moderne et contemporaine, a fait évoluer sa peinture.

Les idées fusent dans sa tête et dès qu’une œuvre est finie il a déjà envie d’en commencer une autre pour continuer à s’exprimer.

Depuis 10 ans Fenx a participé à de nombreuses expositions en France et à l’international (USA, Singapour, Hollande, Hong Kong, Oslo). Il a travaillé en partenariat avec de nombreuses grandes marques (Issey Miyake, Bouygues, Gecina….)

Présent nationalement et internationalement, il est aussi représenté et représente la fondation Montresso*.

 

Mais cela ne l’empêche pas de se souvenir d’où il vient, et même si ses sorties nocturnes se font plus rares à l’heure actuelle, elles ne sont pas inexistantes…

Voir les vidéos de
la galerie David Pluskwa

play

Suivez les actualités de la
galerie David Pluskwa

dédiée exclusivement à l’Art Contemporain